Qu'est-ce que tu glandes ? Attention à la pollution de l'air extérieur

On sait que l’air pollué de l’extérieur est néfaste pour la santé – depuis le temps qu’on le dit ! – mais qu’est-ce qui pollue vraiment, dans l’air, et pourquoi Pauline t’en parle aujourd’hui ?

Quel beau matin ! Les oiseaux chantent, le ciel est bleu, le soleil réchauffe ta peau… oui, enfin ça, c’est si tu n’habites pas dans une ville tellement polluée que le ciel reste gris et qu’un sale nuage étouffant flotte au-dessus de chacun de tes déplacements.

 

Le dioxyde d’azote et les particules fines

Le dioxyde d’azote est un polluant qui, en plus de provoquer des difficultés respiratoires, est soupçonné de réduire le taux de spermatozoïdes (1). Pas sympa.

Les particules fines sont des poussières tellement microscopiques qu’elles ne sont pas arrêtées par les poils du nez (si si, ils servent à quelque chose !). Elles pénètrent alors plus loin dans le système respiratoire, et peuvent aller se loger jusque dans les alvéoles des poumons (2).

Responsables de cancers, on voudrait pouvoir éviter tout ça, mais on est bien obligé de respirer, quand même.

 

 

Notre responsabilité individuelle

Plus que jamais, le trafic routier est un élément-clé de la pollution atmosphérique, en tout cas du côté des citoyens. A notre niveau, on peut faire plein d’autres choses pour réduire notre impact individuel sur la qualité de l’air. Voici quelques pistes :

 
  • Si tu le peux, préfère la marche, le vélo, les rollers ou le skateboard ! Non seulement c’est bénéfique pour la santé et tu ne pollues pas, mais en plus ces transports sont ceux qui sont le moins exposés à la pollution (3). D’une pierre trois coups !

 

  • Sinon, pense aux transports en commun ! Les réseaux de transports en commun ne sont pas forcément bien développés partout, mais si tu vis dans une grande agglomération, tu as sûrement un bus, un métro ou un tram qui passe pas loin de chez toi. Peut-être même les trois !

 

  • Si tu ne peux pas faire autrement… prends ta voiture mais de manière différente ! Rentabilise tes trajets maison-boulot en proposant un covoiturage entre collègues, et sers-toi de sites comme Blablacar  ou Covoiturage-Libre pour co-voiturer tes longs trajets, si le train est trop cher.

 

Enfin, tu peux faire une méga-bonne-action en compensant ton émission de CO2 sur le site CO2solidaire. Tu t’engages là verser une somme compensatoire qui sera reversée pour un projet écologique dans un pays en développement. C’est pas génial, ça ?
 
 
C’est tout pour aujourd’hui, à bientôt !
 
Pauline

Sources :