Le Shnekfest débarque à Paris !

La Shnek, ça te dit quelque chose ? Ségolène, responsable Shnek Fest, et Fanny, l'initiatrice du festival parisien qui a lieu le 13 octobre, te disent tout sur cet événement haut en couleur !

Shnek Fest Parisien le 13 octobre à Paris

 

 

C’EST QUOI LA SHNEK ?

Quand on parle des parties génitales masculines, tout devient simple, on dit zizi, emballé c’est pesé. Mais dès qu’il s’agit de parler du sexe féminin, ça devient tout de suite plus compliqué. Zézette, mounette, foufoune… Il y a en a pléthore et pourtant c’est comme si on avait une espèce d’insatisfaction teintée de gêne quand il s’agissait de choisir un terme. Si rien ne nous convient, c’est aussi parce qu’en fait c’est presque honteux d’en parler, comme s’il fallait chuchoter son nom, se cacher ou mettre sa main devant la bouche. 

 

 

On peut même dire que c’est carrément tabou dans la société. On prononce le mot “règles” du bout des lèvres, trouvant toujours plus de périphrases pour désigner cette période “infâme” qui arrive pourtant à 52% de la population. On a également du mal avec la sexualité féminine, traitant de frigides celles qui n’en ont pas une assez développée ou qui ont du mal à prendre du plaisir à la pénétration dans une société phallo-centrée, et nommant de salopes ou de nymphomanes celles qui ont une sexualité décomplexée. Des tabous liés à la vulve, il y en a des tas. C’est pourquoi de plus en plus d’artistes, tels que la Fleuj, la Chattologie ou Mitchka Shahryari, des youtubeurs.euses à l’image de Clemity Jane, des bloggeurs.euses, des médecins, des collectifs, etc. se manifestent pour enfin redorer le blason de la minette comme il se doit et de parler des problèmes ou des avantages qui y sont liés. Chez Générations Cobayes aussi on a décidé d’en parler et on a choisi la Shnek ! A la fois ludique, facile à à prononcer, ce mot parle de lui même et on l’identifie sans trop de peine.

 

 

 

 

 

 

EN QUOI ÇA CONCERNE CELLES ET CEUX QUI N’ONT PAS DE SHNEK ?  

Et bien justement, hommes - femmes - non.binaires : la Shnek concerne tout le monde. La foufoune c’est une affaire publique et de bien-commun. On parlait de tabous juste avant alors que ça implique au moins 52% de la population directement et les 48% restants indirectement. Ce n’est pas parce qu’on ne possède pas d’appareil génital masculin qu’on ne parle pas de pénis, qu’on en est dégoûté ou qu’on ne connaît pas comment ça fonctionne. Alors pourquoi en serait-il autrement dans l’autre sens ? En savoir plus sur la mounette, c’est mieux connaître l’autre, mieux le comprendre et donc harmoniser nos relations avec autrui. En fait, c’est le chemin pour réussir à instaurer la paix sur Terre !

 

 

 

MAIS QUE VIENT FAIRE LA SHNEK DANS LA SANTÉ ENVIRONNEMENT ?

La santé du sexe féminin interroge, notamment sur le lien entre notre santé et notre environnement quotidien. En effet, en plus des tabous, la Shnek est mise à rude épreuve : les douleurs de règles, les accouchements, les traumatismes physiques, les irritations, etc. Alors une fois n'est pas coutume, parler santé et environnement chez GC est important et en parler sur ce sujet-là en particulier, nécessaire ! Si vous êtes familier (voire complètement fondu) des pratiques de l'asso, vous devez déjà connaître quelques effets de la pollution environnementale (et sociétale, on l'oublie toujours, huhu) sur les parties génitales féminines. C'est d’ailleurs comme ça qu'est né le Shnek Fest, événement annuel porté par divers commandos (Lille à Arras en 2017, Lyon en 2018 et Paris dans... 3 jours ??) ayant pour but de déconstruire les idées reçues sur l'appareil génital féminin. L’objectif d’un Shnek Fest est de donner les clés aux personnes ayant une Shnek pour mieux comprendre leur corps et leurs envies, et ainsi les aider à prendre confiance dans leur sexualité. C’est aussi pouvoir parler ouvertement de l’influence de l’environnement sur notre santé, aborder sans tabous les questions de contraceptions, de règles et de sexualité. Maintenant que vous comprenez un peu mieux le Schmilblik, laissez-nous vous parler un peu du prochain Shnek Fest qui aura lieu à Paris, le samedi 13 octobre, à la Maison des Initiatives Etudiantes. 

 

Paris a choisi un format d’une journée entière : 11h à 21h pour parler des règles, de l'endométriose, des méthodes de gestion douce du corps (ostéopathie, sophrologie, rééducation périnéale), et des tabous autour de la sexualité. Tout ceci sera présenté sous forme de conférences, d'ateliers (DIY, Oeufs de Yoni, Slow Food & Slow Sex par les Chahuteuses), mais aussi de stands (Les Chahuteuses, GC, librairie...) et de jeux-concours tout au long de la journée. Un Shnek Fest, c'est le moment de rassembler tout ce que l'on voit émerger depuis plusieurs mois autour des thèmes de l'orgasme féminin, des poils, de la déconstruction sociale des genres et des divers tabous. Et ici, pas de jugements : que vous choisissiez de vous concentrer sur un seul sujet (exemple : les règles), ou de présenter un florilège de domaines, de parler aussi des appareils génitaux et constructions genrées autour des hommes, le Shnek Fest est bien le résultat d'une initiative libre et construite avec énormément de marge de manœuvre personnelle. Traduction : vous choisissez de ce dont vous voulez parler et sous quelle forme ! Ambitieux ? L'équipe du Shnek Fest parisien travaille déjà depuis plusieurs mois à l'organisation et vous réserve de belles surprises, pour marcher sur les pas des anciennes Shnek lilloises et lyonnaises. 

 

Le Shnek Fest de Lyon a rassemblé plus d'une centaine personnes en avril et prépare déjà sa prochaine édition. Conseil d'une Shnek parisienne : si vous avez envie de vous lancer dans le projet un peu fou et délirant (on prépare quand même un concours du meilleur cri d'orgasme simulé..), n'hésitez pas à en parler dans votre commando ! Vous pourriez bien vous lancer dans une expérience terriblement riche, intense et excitante.

 

 

COMMENT APPORTER SA PIERRE À L'EDIFICE ?

Le Shnek Fest requiert énormément de temps pour être organisé. On a donc besoin de nombreux bénévoles. Comme c’est encore tout nouveau (tout beau), il n’y a pour le moment aucun document qui facilite la structure de cet événement. La coordinatrice du Shnek Fest a donc un grand besoin d’une petite team pour l’aider à tout harmoniser et organiser afin de faciliter l’organisation des prochains Shnek Fest et de faire en sorte qu’ils se multiplient comme les fourmis ! Mais ce n’est pas tout, il y a aussi plein de moyens pour aider les commandos locaux ! Si tu as des talents de vidéaste, producteur, ça peut être l’occasion pour toi de créer des teasers super originaux et décalés. Il y a également des besoins en graphisme pour pouvoir faire un logo rutilant et des dossiers super attractifs pour qu’on parle de Shnek partout dans les médias. Si tu aimes bien manger et cuisiner, tu peux aussi aider dans la récupération d’invendus et la préparation de mille et une (bon peut-être pas autant) recettes délicieuses ! Si tu aimes les réseaux sociaux, tu peux aussi faire des lives tweet, des post Facebook rigolos à base de chats (ou de vulve, au choix), des snapchats et autres photos Insta, qui vont faire frémir de plaisir les Internautes. Si tu es passionné.e par le sujet, tu peux contacter des intervenants pour avoir un programme riche et captivant le jour J, et si tu connais ta ville comme ta poche, tu peux contacter des super lieux pour accueillir ce festival. Et bien d’autres possibilités encore...

 

Bref, tu vois, tu ne manques pas de choix, alors n’hésite pas à venir pointer le bout de ton nez le 13 octobre, pour voir à quoi ça ressemble en vrai !

 

https://www.facebook.com/events/318212845593739/?active_tab=discussion

 

 

Auteures : Ségolène et Fanny

llustratrice : Lili Barletta

 

 

 

POUR VISUALISER LE NUMÉRO D'OCTOBRE DE LA GAZETTE C'EST ICI