Du glyphosate dans ta bière !

Du quoi ? Derrière ce nom pas très sexy se cache une substance qui l'est encore moins. Pas de panique, on t'explique ce que c'est et comment l'éviter dans cet article !

Le 25 février dernier, coup de tonnerre : on aurait trouvé du glyphosate dans plusieurs bières allemandes ! Il faut savoir qu’en Allemagne, la bière, c’est extrêmement sérieux. C’est comme pour les saucisses, il y en a quasiment une différente par bled. Rien que sous l’appellation “Kölsch” (la bière de Cologne), pas moins d’une quinzaine de marques se partagent le marché du million de litres brassés par jour. Oui oui.

 

La convivialité à l'allemande

La convivialité à l'allemande - Crédit : Unsplash

 

L'ETUDE

Mais qu’est-ce qu’il se passe alors ? L’Institut de l’environnement de Munich (Umweltinstitut München) a testé les 14 bières les plus vendues en Allemagne et a trouvé du glyphosate dans toutes. Au vue de ces résultats, il suppose que d’autres marques et d’autres brasseries pourraient potentiellement être concernées. Ce qui ne semble pas illogique en effet.

 

Les taux retrouvés vont de 0,46 µg/l pour l’Augustiner blonde à 29,74 µg/l pour la Hasseröder Pils. A titre de comparaison, la limite maximale admise dans l’eau potable est de 0,1 µg/l ! La valeur la plus faible mesurée était quasiment cinq fois au-dessus de cette limite. Alors certes, on boit moins de bière que d’eau (quoiqu’en Allemagne, rien n’est moins sûr), mais tout de même !

 La convivialité à l'allemande

La convivialité à l'allemande - Crédits : Unsplash

 

Le GLYPHOSATE, KESAKO ?

 

Le très médiatique glyphosate n’est rien de moins que l’herbicide chimique le plus vendu au monde1. On en trouve à peu près partout : dans les urines humaines, dans les protections hygiéniques féminines, dans la bière, dans l’alimentation des animaux… Selon certaines études, il pourrait même traverser le placenta pendant la grossesse2.

 

C'est quoi le probleme ?

Le glyphosate, présent notamment dans notre cher Roundup est un perturbateur endocrinien. Il a été classé “cancérigène probable” par l’OMS. Plusieurs études de Gilles-Eric Séralini ont montré qu’il était toxique sur des cultures de cellules humaines, notamment sur des cellules du placenta et de l’embryon3. D’autres études sur les rats ont montré que les niveaux de testostérone de la progéniture mâle étaient anormaux4. D’autres encore sur des cultures de cellules ont montré que le glyphosate bloquait les récepteurs des hormones mâles5 et inhibait la production d’oestrogènes6.

Il existe donc de nombreuses raisons de limiter son exposition à ce produit, d’autant plus qu’on ne connaît pas les conséquences du cocktail de produits chimiques auquel nous sommes exposés quotidiennement !

 

Vous reprendrez bien un peu de glyphosate ?

Vous reprendrez bien un peu de glyphosate ? - Crédit : Pixabay

Que faire ?

Tu peux choisir de la bière bio ! Il existe désormais de nombreuses brasseries bio, qui peuvent même proposer de la bière sans gluten pour les allergiques. Même s’il n’existe aucune étude, on peut raisonnablement supposer qu’elle sera moins contaminée que la non-bio. Et si en bon petit français tu préfères le vin à la bière, prends garde, on trouve également dans celui-ci un cocktail pas mal non plus7 ! Privilégie là aussi les vins biologiques.

 

Enfin, tu peux aussi boire de l’eau (oui, oui). La limite maximale de glyphosate admise dans l’eau potable est beaucoup plus faible que les quantités retrouvées dans la bière. Et n’oublie pas que ce n’est pas pour rien que l’on parle en Allemagne de Bierbauch, le ventre à bière (mais si tu sais, cette jolie bouée au niveau de la ceinture). Allez, bon apéro !

 

Texte et illustrations : Marie

Sources

Les résultats de l’étude

Un article en français sur le sujet

L’article de l’Institut de l’environnement de Munich

 

 


Glyphosate : des raisons de s’inquiéter, Les Amis de la Terre.

Poulsen MS, Rytting E, Mose T, Knudsen LE (2009) Modeling placental transport: correlation of in vitro BeWo cell permeability and ex vivo human placental perfusion Toxicology In Vitro 23:1380–1386.

3  Benachour N & GE Seralini (2009) Glyphosate Formulations Induce Apoptosis and Necrosis in Human Umbilical, Embryonic, and Placental Cells Chemical Research in Toxicology Vol 22 pp 97–105.

4  Dallegrave E et al (2007) Pre- and postnatal toxicity of the commercial glyphosate formulation in Wistar rats Archives of Toxicology Vol 81 pp 665–673.

5  Gasnier C et al (2009) Glyphosate-based herbicides are toxic and endocrine disruptors in human cell lines Toxicology Vol 262 pp 184-191.

6  Richard S et al (2005) Differential effects of glyphosate and Roundup on human placental cells and aromatase. Environmental Health Perspectives Vol 113 pp716–720.

7  Etude de vin Pan-Europe MDRGF, à retrouver ici.

Enregistrer

Enregistrer