Les nanoparticules

Les nanoparticules sont des molécules dont la taille est inférieure à celle d’une cellule. Elles se présentent sous la forme de poudres, de gel ou de solutions et leur intérêt réside dans leur taille qui leur confère des propriétés inégalées. Elles sont actuellement utilisées dans de nombreuses industries.

En quoi cela me concerne-t-il ?  

 

Les nanoparticules sont des molécules dont la taille est inférieure à celle d’une cellule. Elles se présentent sous la forme de poudres, de gel ou de solutions et leur intérêt réside dans leur taille qui leur confère des propriétés inégalées. Elles sont actuellement utilisées dans de nombreuses industries. 

 

 

 Les substances présentes dans les produits cosmétiques

·       Dioxyde de titane

·       (Oxyde de zinc)

·       Nanoargent

 

Les risques liés à ces substances

Sur la santé :

Les nanoparticules de dioxyde de titane qui sont utilisés en tant que pigment et opacifiant dans de nombreux produits comme les cosmétques, les crèmes solaires, les dentifrices, etc sont suspectés d’avoir les mêmes effets que l’amiante (Selon les chercheurs de l’université de Lausanne). Déjà accusées de causer des inflammations, elles ont été classées en juin 2006 comme « possible cancérogène » par inhalation par le Centre International de Recherche sur le Cancer. (CIRC)

Sur l’environnement :

Des études révèlent aussi  la toxicité des nanoparticules  pour les écosystèmes (notamment aquatiques). En mars 2009,  une étude de l’Université de Toledo (Ohio) sur le dioxyde de titane (TiO2) présent dans certains cosmétiques affirme que ces nanoparticules, présentes dans les eaux traitées dans les stations d’épuration, seraient capables d’éliminer les micro-organismes qui jouent un rôle vital dans les éco-systèmes et participent au traitement de l’eau.

 

A quoi servent ces substances pour le produit ? 

Les nanoparticules sont présentes dans de nombreux produits que nous utilisons tous les jours dont la crème solaire. En effet, afin d’améliorer leur texture ainsi que leur efficacité et leur tenue, les crèmes solaires sont loin d’être épargnées par l’utilisation des nanoparticules. Les industriels ont souvent recours à des filtres minéraux comme l’oxyde de zinc ou le dioxyde de titane. Problème de ce dernier : il laisse des traces blanches sur la peau ce qui incite les fabricants à avoir recours aux nanoparticules. Selon une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de 2010, « étant donné les incertitudes sur le potentiel de pénétration cutanée et sur l’activité phototoxique, les risques ne peuvent pas être exclus ».

 

C’est quoi le problème ?

 

Définition « nanoparticules » : particules à l’échelle nanométrique utilisées dans de nombreuses industries pour leurs propriétés nouvelles.

 

Les nanoparticules sont de plus en plus présentes dans de nombreux cosmétiques, vernis, vêtements et mêmes certains aliments. Leur utilisation permet aux industriels d’améliorer les qualités des produits (texture, odeurs, …). Dans les cosmétiques leur présence pose question. Les nanoparticules confèrent à la crème fluidité et tenue aux produits de soin.

 

Problème : ces particules microscopiques sont suspectées de traverser la barrière épidermique et leur effet sur notre organisme reste très peu connu. Ils sont suspectés d’augmenter le stress oxydatif, la production de radicaux libres et de cytokine inflammatoire, et de provoquer des mutations et/ou altérations de l'ADN. Le 14 juin 2011, l’AFSSAPS [1] a rendu un rapport public sur ce sujet concluant que « le blanchiment cutané ne peut être exclu, particulièrement sur une peau lésée, par exemple par un érythème solaire (coups de soleil) ». Ce n’est que depuis le 11 juillet 2013 que l’étiquetage des produits cosmétiques contenant des nanoparticules est devenu obligatoire. L’ONG Les Amis de la Terre a publié un rapport en août 2009 en direction des consommateurs qui souligne le manque d’analyse sur les dangers des nanoparticules alors que de premières études ont montré que la taille des nanoparticules augmentait  leur capacité à pénétrer dans nos tissus et organes.

 

 

Les solutions pour se protéger

 

Quelques gestes simples pour me protéger

 

Sortez couverts ! N’oubliez pas de vous protéger lorsque vous vous exposez. Pour minimiser l’exposition aux nanoparticules pour la crème solaire par exemple, appliquez en régulièrement en évitant les zones abimées (qui ont déjà un coup de soleil par exemple).

 

Je consomme mieux

Plein de sites proposent des solutions fun et sympas pour vous permettre de prendre soin de vous sans vous prendre la tête.

Faites vous une idée !

-           www.bohocosmetics.com

-           www.fun-ethic.fr

-           www.zaomakeup.com

(source : http://www.consoglobe.com/slow-cosmetique-quelles-sont-les-plus-belles-marques-cg/2)

N’oubliez pas : Les labels comme Cosmebio ou Ecocert vous garantiront un produit plus sain, alors cherchez les produits certifiés !

 

Je creuse le sujet

 Ces infos ne vous ont pas suffit ? Alors pour en savoir encore plus, http://www.slow-cosmetique.org/

Et rendez-vous sur le site très complet de l’ONG Les Amis de la Terre qui a lancé un site internet dédié à la présence des nanoparticules dans les cosmétiques :http://veillenanos.fr/wakka.php?wiki=PagePrincipale  ou http://www.amisdelaterre.org/Nanotechnologies.html

 

 

A retenir

  • Une nanoparticule a une taille inférieure à 100 nanomètres (1 nanomètre = un milliardième de mètre)
  • En Europe, 3% des cosmétiques, dentifrices et crèmes hydratantes contiendraient des nanoparticules.
  • Les marchés liés aux produits cosmétiques en utilisent actuellement 1000 à 2000 tonnes par an dans le monde. (source : Rapport AFSSET 2006)

 

 

 

 

 

[1] Etat des connaissances relatif aux nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les produits cosmétiques en termes de pénétration cutanée, de génotoxicité et de cancérogenèse (14/06/2011)  (382 ko) - Rapport